Lift07 en français

10 février 2007

Clark Elliott (consultant en « stratégie des espaces de travail ») : les espaces de travail de demain

Filed under: LIFT07 — Daniel Kaplan @ 9:13

Clark ElliottClark Elliott est au départ un psycho-sociologue, spécialisé dans la conception d’ensemble d’espaces de travail, notamment pour des entreprises du secteur des technologies. Il possède sa propre société de conseil et travaille avec l’entreprise immobilière CB Richard Ellis.

La conception d’un espace de travail nécessite une véritable intégration entre espaces, personnes et technologies. C’est une manière de susciter et conduire le changement, dans un domaine, l’organisation du travail, où les organisations comme les individus sont très conservateurs.

Que pourrait être un environnement de travail à l’ère des réseaux ? Après avoir analysé les échanges réels entre les gens, indépendamment de la hiérarchie, Elliott a commencé à créer des « zones d’activités » adaptées non pas à un poste de travail, mais à des activités différentes : conférence, réunion informelle, café, passer un coup de fil, travailler sur un document, lire… la dimension essentielle étant celle des échanges avec les autres (citation du DSI de Procter & Gamble : « le nouveau labo de R&D est le coin café »), de la connexion entre les gens. Mais il faut aussi des espaces de concentration, de discussions privées.

Ce genre d’organisation est rendue facile par les technologies mobiles et portables, et les réseaux Wi-Fi. On réinvente des bureaux à roues ; certains travaillent debout ; des « points d’eau » émergent pour recharger un appareil mobile, télécharger ses mails, et repartir. Les gens peuvent en permanence choisir leur lieu et forme de travail.

La tendance est donc au développement d’espaces communs pour favoriser la collaboration ; au développement d’espaces de travail non-affectés à une personne donnée ; à la planification personnelle de sa journée, incluant ses espaces de travail…

Remarques personnelles : c’est excitant, intéressant, bien pensé. Mais on ne peut pas non plus s’empêcher de penser que de telles entreprises considèrent leurs employes comme assez interchangeables. Et que l’idée selon laquelle il suffirait d’un coin café pour faire de la R&D est à très courte vue. Reste-t-il des moyens de chercher une idée à tatons, de construire patiemment le projet d’un projet, d’écrire longuement un texte ? Le quotidien de l’entreprise est en effet de plus en plus rapide. Certains auteurs et même chefs d’entreprises s’en inquiètent, cependant. Imaginer des espaces de travail dans lesquels on sait aussi donner le temps au temps, non pas seulement en heures, mais en mois ou années – sans pour autant revenir à l’affectation à tous d’un parallèlépipède clos -, voilà la prochaine étape – j’espère.

About these ads

Un commentaire »

  1. Stress, harcèlement, burn-out… Différentes formes de souffrance au travail sont désormais regroupées sous l’étiquette de « risques psychosociaux ». Ils font l’objet d’une attention soutenue des pouvoirs publics et des partenaires sociaux. Mais leurs causes et leur ampleur restent sujettes à de vives discussions.

    Commentaire par Lula Q. Shannon — 27 janvier 2013 @ 8:06


Flux RSS des commentaires de cet article. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Thème Silver is the New Black. Propulsé par WordPress.com.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

%d blogueurs aiment cette page :